Accueil Blog

#259 – JD.com : du commerce en ligne au commerce physique, l’installation du géant chinois en Europe

0

01 JD.com, un géant chinois aux ambitions fortes

Géant chinois, JD.com talonne de près Alibaba, son principal concurrent, encore leader du commerce électronique.

Mais alors qui est ce mastodonte encore assez méconnu en France ?

Fondée en 1998 par Richard Liu Qiangdong, l’entreprise était spécialisée à l’origine exclusivement dans la vente d’appareils électroniques, mais aujourd’hui elle propose une large gamme de produits aussi bien alimentaires que non alimentaires. JD.com a également des activités de logistique, de technologie et de santé.

Quelques indicateurs importants :

  • JD.com c’est 580 millions d’utilisateurs actifs
  • Plus de 100 millions de produits disponibles[1] [1] Source : lesfrontaliers.lu
  • 80% de son chiffre d’affaires est tiré par le commerce de détail en ligne

JD.com est une société diversifiée, en pleine croissance et active sur différents secteurs, ce qui lui permet d’être bien positionnée pour tirer parti de la croissance de l’économie chinoise et de la transformation numérique.

Son Business Model repose sur trois domaines d’activités stratégiques (DAS) principaux : le commerce de détail en ligne, la logistique et la technologie. Sans oublier JD Finance qui a été créé en 2013, en tant que groupe d’entreprises indépendantes. En avril 2015, est lancé JD Worldwide, une plate-forme de vente en ligne qui permet à des marques provenant des pays du monde entier de vendre aux consommateurs Chinois sans obligation d’avoir une présence physique sur le territoire.


[1] Source : JD.com

Cette plateforme marque clairement le souhait de la société de se positionner comme un relais d’échanges culturels entre la Chine et les autres pays du monde.

Afin de correspondre à ses ambitions, il est important pour JD.com de s’adapter aux marchés sur lesquels elle s’installe, c’est pourquoi, nous allons nous intéresser à la filiale européenne du groupe, baptisée Ochama – annoncée le 10 janvier 2022 – et qui a marqué son arrivée aux Pays-Bas avec des magasins entièrement robotisés.

La réalisation de cet article a été permise grâce à une recherche documentaire réalisée préalablement à la rédaction.

02 S’adapter à son environnement pour s’installer et perdurer

Pour s’installer sur un nouveau marché, il est indispensable de recenser les informations pivots de son marché et capitaliser sur ses ressources et compétences clés pour s’y installer durablement.

Diagnostics interne et externe (SWOT)

 

Forces                          Faiblesses
  > Double avantage : omnicanalité et côté fun  
> Expérience d’achat unique et simple  
> Livraison à domicile rapide et récupération de la commande dans la journée en point pickup en moins de 2 minutes  
> Offre large (alimentaire et non alimentaire)  
> Espace showroom avec présentation des produits pour un côté plus esthétique  
> Tout est automatisé  
> Prix avantageux réservés aux clients membres : créer une communauté et fidéliser sa clientèle  
> Forte croissance et augmentation de sa rentabilité (réduction des coûts marketing, d’administration et de logistique)  
> R&D et innovation fortes  
> Modèle de recrutement basé sur celui de Google : ils recrutent des stagiaires en sortie d’école  
> Expansion géographique rapide
> Pas de vente dans le magasin  
> Ce sont des bras robotisés qui servent les clients : déshumanisation de la relation client  
> Ils ciblent uniquement les consommateurs Chinois même lors de leur implantation sur un marché étranger : cible spécifique et étroite  
> Une croissance très rapide qui reste à stabiliser une fois qu’elle se sera calmée  
> Même s’ils mettent en avant la qualité de leurs produits, il est possible qu’ils doivent faire face à une certaine méfiance des consommateurs qui pourraient se demander comment ils peuvent vendre des légumes frais qualitatifs et un appareil photo en même temps  
> Il faut voir si dans le temps, ce type de magasin sera toujours un succès ou si ce n’est pas uniquement un effet de mode (c’est ce que nous étudierons par la suite)  
> Ils sont en pleine réorganisation (démission en octobre 2022 du DG néerlandais Mark den Butter) et le contrôle est maintenant effectué exclusivement depuis la Chine
OpportunitésMenaces
  > Pas d’attention portée sur l’expérience client sur les solutions robotisées déjà présentent sur le marché  
> Montée des achats en e-commerce  
> Il s’agit d’un des pays les plus urbanisés d’Europe  
> Population digitalisée : les Pays-Bas sont un pays très connecté, avec un taux d’accès à Internet de 98%[1]  
> L’omnicanalité n’est pas une option, mais la règle —> ils sont très avancés sur ce sujet  
> L’innovation et l’environnement sont deux sujets centraux qui préoccupent au quotidien les habitants  
> Développement technologique exponentiel (Cloud, Intelligences Artificielles…)  
> Fort besoin de centralisation des achats et de simplification des modes d’achat  
> Plusieurs solutions d’industrialisation de la distribution voient le jour dans le paysage concurrentiel  
> Mauvaise image des produits « Made in China » par les Européens  
> Instabilités des relations politiques du gouvernement chinois  
> Concurrence internationale forte : notamment des entreprises allemandes et américaines  
> Attentes des consommateurs Néerlandais fortes : notamment en matière de service client, de livraison et de retours  
> Changements réglementaires possibles : le gouvernement néerlandais s’intéresse de plus en plus au e-commerce, il est possible que de nouvelles réglementations soient mises en place dans les années à venir

Détecter les FCS requis

Nous allons ainsi pouvoir étudier quels facteurs clés de succès JD.com va pouvoir réinvestir dans sa filiale Ochama afin d’assurer une implantation réussie et pérenne en Europe et plus spécifiquement aux Pays-Bas.

Premier FCS : Une expérience client innovante et digitalisée

Les Néerlandais sont friands de nouvelles technologies et d’innovation, 90% d’entre eux ont déjà acheté un bien sur Internet et le taux d’accès à Internet est de 98% sur le territoire. Ces caractéristiques sociales façonnent les modèles de distribution présents aux Pays-Bas, le lien entre online et offline est un facteur nécessaire pour perdurer sur le marché. Avec ce nouveau concept unique de magasins entièrement robotisés, Ochama entend bien répondre à cette demande.

Deuxième FCS : Robotisation et automatisation des magasins

Tout comme pour les autres secteurs, la « quatrième révolution industrielle », est plus qu’enclenchée. Elle est caractérisée par l’utilisation de technologies avancées telles que l’intelligence artificielle, la robotique et l’Internet dans les processus de production, de logistique, d’approvisionnement, de commercialisation ou encore de service client. Plusieurs solutions d’industrialisation de la distribution voient le jour dans le paysage concurrentiel (lockers pour Amazon, Alibaba, Colissimo et solutions robotisées pour Delipop, Carrefour ou encore hub logistique pour Westfield Unibail).

Troisième FCS : Tout, partout, tout le temps

Comme pour tout client ATAWAD, on observe un fort besoin de commodité de la part des consommateurs Néerlandais dans leurs achats. Ce nouveau consommateur porte des exigences sur l’accessibilité, il souhaite pouvoir avoir accès à une offre 24h/24 et 7j/7, mais également sur la simplicité, il veut pouvoir commander depuis son canapé, sur son smartphone. Sur son site et son application, la largeur de gamme proposée par Ochama est impressionnante.

Quatrième FCS : Des consommateurs toujours plus pressés

A l’heure de la livraison en 24h à 48h, faire plus n’est pas imaginale, encore moins pour les produits alimentaires que l’on peut récupérer généralement en 2h. JD.com l’a bien compris et c’est pourquoi ils proposent une livraison dans la journée avec un temps consacré à la récupération de sa commande évaluée à deux minutes maximums.

03 Une évolution organisationnelle basée sur l’innovation et la réactivité

D’un ancrage numérique à une installation physique

Alors que JD.com avait initialement une activité exclusivement d’e-commerce, c’est en 2019, pour contrer son rival de toujours, Alibaba, que l’entreprise se lance dans le commerce physique.

A l’ère moderne du commerce physique, JD.com a su s’y adapter pour répondre à la demande d’omnicanalité. C’est alors que le mastodonte chinois ouvre son premier réseau de points de vente physiques en franchises dénommé « 7Fresh », dans des grandes villes chinoises. Ces magasins proposent un large choix de produits frais (plusieurs milliers) à dominance fruits et légumes. L’objectif est d’offrir une expérience d’achat phygitale exceptionnelle. En effet, on peut y retrouver des capteurs intelligents permettant de délivrer de l’information en temps réel au client, le chariot autonome, paiement par reconnaissance facile sur l’application, et bien d’autres.

Mais JD.com ne s’arrête pas là, il capitalise sur le commerce de proximité alimentaire et ouvre JD Convenience Store en Chine. Les consommateurs pourront ainsi y trouver des biens de première nécessité afin de les dépanner. Ce format de distribution a tout d’abord été lancé en succursale puis, il s’est ouvert à la franchise en août 2020.

Quelques informations à retenir :

  • 7Fresh en 2022 : c’est 47 points de ventes répartis dans 19 villes de 10 provinces
  • JD Convenience Store : c’est plus de 1000 magasins ouverts au lancement en novembre 2017 et un objectif d’ouverture d’un millier par jour, annoncé en août 2018

Maintenir le lien en diminuant les coûts

L’objectif principal de JD.com est de simplifier la vie de ses clients en proposant des modèles de vente innovants s’appuyant sur la technologie. L’entreprise se concentre sur le développement de ses ventes sur la base de sa clientèle déjà acquise, cela peut donc s’apparenter à une stratégie de culture intensive.

La stratégie qu’utilise JD.com pour ses filiales de commerce physique se base principalement sur des réseaux mixtes. En effet, il possède et exploite des magasins en succursale dont il est propriétaire, mais il s’ouvre également à la franchise. Ce choix est stratégique et réfléchi, le but est de conserver un contrôle pour maintenir l’uniformité de la marque et de son offre tout en assurant une multiplication rapide et exponentielle de ses réseaux de points de vente, et en garantissant une adaptation locale réussie.

L’utilisation de réseaux mixtes leur permet de poursuivre leur objectif d’expansion tout en s’assurant d’une conservation du lien avec ses consommateurs.

Une ambition stratégique : l’expansion géographique

Maintenant plus que bien installée en Chine, l’une des ambitions de JD.com est de sortir de son pays natal et d’assurer une expansion géographique réussie. En ce sens, la société a mis en place plusieurs actions, notamment en étant présente sur le site joybuy.com qui s’adresse à des clients du monde entier. Elle est également actionnaire de Tiki, une plateforme d’achat d’origine vietnamienne. On peut aussi citer sa joint-venture JD Central, lancée avec Central Retail Corporation, il s’agit d’une plateforme de commerce électronique en Thaïlande.

Nous allons voir sur quels avantages concurrentiels la société peut miser pour s’installer sur un nouveau marché géographique.

Premier AC : Une maîtrise de la chaîne de valeur sans égal

Proposer des prix bas au détriment de sa marge ? Ce n’est pas la voie empruntée par JD.com. Au contraire, ils tirent profit de leur organisation interne et de leur maîtrise sur leur chaîne de valeur afin de détenir un avantage concurrentiel comparatif, notamment au niveau logistique, ce qui leur permet de se positionner en tant que féroce rival sur le marché de l’e-commerce. Nous allons donc nous intéresser ici à la maîtrise de sa chaîne de valeur, lui permettant la création d’avantages concurrentiels comparatifs.

1/ De la logistique et de l’approvisionnement

Mais alors sur quel maillon de la chaîne de valeur joue-t-elle ? Il y en a plusieurs. Le principal maillon pivot, sur lequel elle a réussi à amplement se différencier, c’est sur la logistique. Elle possède un réseau logistique en propre et entièrement automatisé, du transport au stockage. Ce qui a donc une répercussion sur les délais de livraison qui se réduisent pour atteindre des temps records tout en réduisant les coûts fixes, augmentant mécaniquement sa marge. Cela lui permet également d’avoir une gestion optimisée de ses approvisionnements

2/ Au développement technologique et aux investissements

JD.com mise également sur l’intelligence artificielle pour l’aide à la prévision des commandes. Dans cette continuité, la société a annoncé en février 2023 qu’elle souhaitait créer le ChatGPT industrielle. L’intelligence artificielle, nommée ChatJD permettrait une meilleure prédiction des stocks grâce à une anticipation des commandes ainsi qu’une partie d’aide à l’analyse financière. La société peut largement compter sur son activité JD Technology pour développer sa R&D et sa logistique intelligente.

Afin d’être toujours plus performante et d’assurer une amélioration continue dans le temps, la société possède également une activité JD Finance, lancée en 2015 et qui lui permet de proposer des services de financement, destinés principalement aux start-ups.

3/ En passant par la commercialisation

La société multiplie ses solutions d’e-commerce pour rendre son offre disponible au plus grand nombre, et nous pouvons citer ici JD Worldwide, une plateforme de vente en ligne transfrontalière qui voit le jour en 2015. En plus de cela, l’entreprise développe des réseaux de points de ventes avec un maillage réfléchi et basé sur l’accessibilité ainsi que des points pickups, une présence chez des partenaires…

L’orientation stratégique prise par JD.com s’oriente clairement vers ses ressources et compétences en suivant une logique d’alignement. Ce choix stratégique lui permet de maintenir voire d’augmenter des marges saines.

Deuxième AC : Lui permettant d’offrir une large gamme à des prix hypercompétitifs

Sur cette seconde partie, nous allons voir comment l’entreprise a su transformer ses avantages comparatifs en avantages commerciaux, eux, communiqués au marché.

1/ Une large gamme d’alimentaire et de non alimentaire

Avec plus de 100 millions de produits disponibles[1], JD.com propose des gammes larges et très différentes (alimentaire, beauté, hygiène, soins nourrissons, mobilier…). Et c’est là qu’ils développent un de leur avantage concurrentiel principal, en faisant la différence, car le client peut acheter son rouleau de papier toilette en même temps qu’une nouvelle cafetière, tout ce qu’il souhaite et ce, rapidement.

[1] Source : JD.com

2/ Une stratégie prix bas hypercompétitive

Dans un contexte inflationniste et alors que la guerre des prix règne sur de nombreux secteurs, JD.com ne déroge pas à la règle. En effet, le leader chinois de l’e-commerce table sur un avantage concurrentiel compétitif reposant sur un facteur clés de succès commercial pour se faire une place aux Pays-Bas. L’objectif principal de la société est de connecter les Chinois de n’importe quel pays avec la culture de tous les pays de monde. Et ce, avec des prix défiant toute concurrence, sans négliger la qualité et en améliorant le service pour ne pas dégrader la proposition de valeur aux yeux des clients.

3/ Réassurer le client et lui prouver la qualité

JD.com l’affiche clairement, sa différence, c’est son positionnement qualitatif sur des produits frais. La vente de produits non alimentaires ne doit pas en dégrader la qualité de ceux alimentaires. C’est pourquoi, JD.com s’efforce de proposer les meilleurs produits du monde entier via les meilleures marques nationales. Dans ses magasins, une théâtralisation favorisant une expérience inédite est mise en place. On peut y retrouver des étalages colorés de fruits et légumes frais, des pièces de charcuterie mises en place comme dans une vraie boucherie, une pâtisserie avec un Meilleur Ouvrier de France (MOF) vêtu de son tablier. L’objectif est clairement de mettre en confiance le consommateur et de le rassurer sur la qualité des produits proposés : « même si les prix sont accessibles, vous bénéficiez de la meilleur qualité ».

Nous pouvons donc nous demander comment le géant chinois peut-il poursuivre son expansion géographique et réussir à s’installer en Europe ?

04 A la conquête du marché européen

Une installation sur le marché néerlandais remarquée

Un concept inédit de smart retailing

Innovation et logistique, ce sont les deux mots qui représentent le mieux JD.com et pour son installation en Europe, le géant ne déroge pas à la règle. Il s’installe en succursales aux Pays-Bas avec sa filiale « Ochama ». L’objectif est de venir concurrencer les géants américains et notamment Amazon et son concept « Amazon Go » sur un territoire encore nouveaux pour lui.

Le marché néerlandais est idéal pour cela, les habitants sont habitués à la technologie et à la phygitalisation de leurs points de vente et ils en sont même friands. L’objectif est de venir repenser l’expérience d’achat à travers un mode de distribution inédit aux Pays-Bas et qui va permettre au client de générer en lui des sentiments et des sensations nouvelles au travers d’une expérience entre physique et digital.

Les deux premiers points de vente entièrement autonomes ont été annoncés le 10 janvier 2022 avec une installation à Leiden et Rotterdam et avec une volonté de s’étendre rapidement. Un concept inédit et simple, pas de ventes en magasin ! Les consommateurs achètent sur le site ou sur l’application, et dans la journée ils peuvent aller retirer leurs produits en relais pickups ou bien se faire livrer à domicile, et tout ça en moins de 24h. Les magasins sont entièrement autonomes, de la gestion du stockage à la délivrance des produits en passant par le transport, tout est effectué par des robots. Lors de leur arrivée en magasin, sur une borne intuitive, les clients scannent leur QR code et des bras robotisés délivrent leur commande.

Les relais pickups Ochama offrent une accessibilité continue et des parkings agréables. Et tout cela, sans nuire à la largeur de l’offre ! Tout comme sa maison mère, Ochama propose de multiples produits (+ de 7000 au lancement) de qualité sur des domaines bien différents, alimentaire comme non alimentaire. Dans le magasin, il y a toute une partie showroom avec des produits disposés sur des étagères sur la base d’un merchandising simple et esthétique.

Pour conquérir un nouveau territoire

La marque Ochama a pour objectif d’assurer l’implantation de nouveaux magasins sur un nouveau territoire, les Pays-Bas. L’objectif est de capitaliser sur ce qui a fait le succès de sa maison mère, JD.com, en l’adaptant aux normes du marché local, pour pouvoir par la suite étendre son réseau de points de vente à toute l’Europe.

La société ouvre rapidement deux nouveaux magasins à Amsterdam (Diemen) et à Utrecht 6 mois après son arrivée sur le territoire, et en parallèle, elle se met à proposer la livraison à domicile. Son ambition, si le concept fonctionne, c’est de le copier ailleurs en Europe.

Un modèle en difficultés

En parallèle, Ochama ouvre des points de collecte depuis mai 2022. Son premier partenariat s’est effectué avec la chaîne Blokker en proposant dans quatre de ses magasins des produits Ochama. Elle continue de tisser des contrats de commissions avec plusieurs détaillants tiers qui servent de points de collecte. Elle ouvre également des points de retrait cobrandés avec une PME néerlandaise en novembre 2022.

A partir d’octobre 2022, les choses se compliquent pour Ochama. Deux membres du conseil d’administration quittent l’entreprise, dont le directeur général néerlandais Mark Den Butter. La déstabilisation créée par cette restructuration interne, et accentuée par une baisse de la consommation de la part des ménages aux Pays-Bas, contraint le détaillant à fermer ses magasins à Diemen et Rotterdam.

Mais qui se réinvente

Ces difficultés obligent la filiale à réinventer son business model pour pouvoir perdurer en Europe. Dans un objectif d’amélioration des performances, Ochama ferment tous ses propres points de vente robotisés, devenus marginaux. Seul le magasin d’Utrecht restait ouvert début 2023, mais pour combien de temps.

Suite au départ du directeur général néerlandais, c’est Pass Lei, auparavant responsable de projets retail au sein de la société mère, qui a repris ses fonctions. Cela a impliqué un rapatriement du contrôle exclusif depuis la Chine. Leur stratégie est maintenant de multiplier les points de retrait afin d’atteindre les consommateurs Chinois dans les pays européens. C’est ainsi, qu’il s’installe dans 9 pays européens, dont l’Allemagne, la Belgique et la France à partir de décembre 2022. Cela correspond à leur vision stratégique de toujours : simplifier la vie de ses consommateurs grâce à une expérience d’achat unique prônant l’accessibilité.

Fin 2022, on dénombre 120 points de retrait, dont 80 aux Pays-Bas, mais on peut également en compter en Allemagne, en Belgique et en France. A noter qu’au Luxembourg, en Espagne, en Italie, en Hongrie et en République tchèque, la livraison à domicile n’est pas encore possible, ce qui restreint l’accès aux produits frais et surgelés. En contrepartie, Ochama fournit un accès à des outils technologiques aux détaillants (comme des écrans pour commander, des panneaux publicitaires digitaux…).

L’automatisation et l’innovation technologique restent au cœur de son modèle. Son entrepôt de 20 000m² aux Pays-Bas en est la preuve, tout est robotisé. Ochama a donc tiré parti de ce qu’ils faisaient de mieux (logistique et approvisionnement) en confiant à un tiers la commercialisation.

En parallèle, Ochama développe son partenariat avec l’enseigne néerlandaise Blokker afin de développer une notoriété nationale à travers un maillage bien étudié. De l’autre côté, Blokker peut ainsi atteindre des non consommateurs relatifs et perçoit une commission sur les retraits. Aussi, Ochama propose des produits Blokker sur son site ainsi que sur son application.

05 Confrontation à la littérature

Le géant e-commerçant JD.com, notamment avec sa filière Ochama se lance dans le commerce physique. A l’ère de l’hyperdigitalisation et avec des innovations parmi les dernières technologies de pointe, la filiale européenne ne déroge pas à la règle du phygital. Seules deux actions en magasin subsistent : la récupération de commande et le showrooming.

Mais alors, peut-on réellement, en 2023, envisager ce magasin du futur entièrement robotisé ?

Les propos qui vont suivre seront basés sur une confrontation entre l’analyse précédemment menée et le livre « Le commerce en devenir. Omnicanal, digitalisation, phygitalisation et après ? » de Régine Vanheems, paru en hors collection en 2022 et édité par EMS Editions. Le chapitre qui nous intéresse est le « Chapitre 8. « Naviguer » ou « résider » : quand le phygital et le métavers créent de nouvelles relations au monde marchand… », pages 153 à 178. Dans cet ouvrage, l’autrice s’interroge sur « l’impact de la phygitalisation de tout ou d’une partie du parcours d’achat sur l’expérience vécue par le client ».

Utiliser le phygital oui, mais pas à n’importe quel prix

On assiste aujourd’hui à une véritable révolution industrielle 4.0, où physique et digital se mélangent peu à peu pour en effacer les frontières subsistant entre les deux, et ne former plus qu’un. Tout d’abord, le terme phygital a été inventé début 2013 par les praticiens pour décrire l’utilisation du digital dans des espaces physiques. Les outils n’ont cessé de se démultiplier (bornes interactives, tablettes informatives, RFID, AR/VR…) et l’hyperconnectivité des consommateurs est un facteur déterminant de leur utilisation obligatoire.

Cependant, « les acteurs ont pris conscience de la nécessité de mener une véritable réflexion quant à la valeur que pouvait apporter ces dispositifs dans le parcours de leurs clients ». Un questionnement préalable à l’incorporation de technologies numériques est donc une solution sine qua none pour assurer une augmentation de la valeur ajoutée au travers d’une expérience d’achat réussie. On peut se demander sur quelle « partie du parcours d’achat » peut-on mettre en place la phygitalisation, ou encore quel type d’utilisation mettre en place (phygital augmenté, proposé, imposé, en autonomie ou en accompagnement).

En tant que géant natal du e-commerce, JD.com a toutes les clés pour disposer des meilleurs outils technologiques incorporables au sein d’une expérience d’achat en magasin. S’installer sur la place physique, mode de commercialisation historique, ne signifiait en aucun cas pour la société de renier son profil précurseur et innovant. C’est pourquoi, Ochama a proposé un tout nouveau modèle de points de vente, inspiré des magasins autonomes avec une expérience phygitale, mais en allant encore plus loin. Tout le parcours d’achat est phygitalisé, on fait sa commande sur Internet, on la récupère grâce à une borne interactive, tout en pouvant profiter de l’espace showroom pour flasher sur son prochain achat grâce aux étagères de produits. Le client récupère sa commande achetée en ligne, en physique, et peut commander sur l’application l’article repéré alors qu’il se trouve encore dans le magasin. En se basant sur ses capacités logistiques, la robotisation de ses processus et l’avancée numérique du marché néerlandais, la société s’est lancée un véritable défi en proposant un mode de distribution encore jamais testé. On peut donc observer une réelle analyse derrière cela, JD.com a choisi quels maillons du parcours elle allait phygitaliser et comment elle allait le faire (borne, showroom) tout en se basant sur ses avantages concurrentiels.

Ludique et peu coûteux, une solution aux nombreux bénéfices perçus

La valeur est une notion individuelle est propre à chacun. Elle est le résultat des bénéfices perçus moins les coûts perçus. Pour qu’un consommateur achète un produit, il faut que le bénéfice soit supérieur au sacrifice. On peut répertorier cinq dimensions de la valeur (Holdbrook, 1994, 1999, 2006), la valeur physique, la valeur économique, la valeur sociale, la valeur hédoniste et la valeur altruiste.

Le bénéfice principal apporté pat les magasins robotisés Ochama est expérientiel. En raison du caractère nouveau et inconnu, les consommateurs ont l’impression de prendre part à une véritable expérience, stimulant à la fois leur âme devancière et leur désir de se sentir unique et privilégié. La dimension ludique est également mise en avant dans ce concept, puisque les consommateurs vont interagir avec ce monde robotisé comme dans un véritable jeu. Enfin, le bénéfice utilitaire est clairement perçu via le gain de temps, la simplicité d’utilisation et l’accessibilité de l’offre.

En termes de réduction de coûts, le temps et l’aspect financier sont clairement identifiables. On peut également noter l’énergie, puisque les clients ont moins d’effort à faire pour accéder à ce qu’ils souhaitent et peuvent avoir une centralisation de tous les types d’achat en un seul endroit.

Cependant, cette robotisation et cette automatisation se font au détriment de certains bénéfices, se transformant alors en coûts perçus, représentant un risque grave de destruction de valeur.

Vers une perte de valeur pour le client

Dans un environnement phygital, et d’autant plus un environnement robotisé dans le cas d’Ochama, l’expérience vécue est totalement différente d’un parcours d’achat classique. On va maintenant s’intéresser aux conséquences sur la valeur finale perçue par les clients, et notamment à la destruction qu’induit ce concept. Alors que « l’activation d’une technologie digitale fait que l’individu évolue dans un environnement mixte », l’absence totale de figure humaine peut induire une sensation de perte de lien social et de convivialité chez le consommateur. Les clients peuvent se sentir désorientés ou perdus dans un magasin robotisé, d’autant plus s’ils rencontrent une incompréhension ou un problème technique, ils n’ont personne vers qui se tourner. On peut s’interroger sur les conséquences d’une telle déshumanisation sur la valeur perçue par le client. Dans un environnement où le virtuel est omniprésent, les clients n’ont-ils pas envie de conserver une part plus réelle dans leurs expériences d’achat ?

Pour rappel, ces magasins robotisés ont fermé un an après leur ouverture. Malgré un contexte particulier lié à des facteurs exogènes (baisse de la consommation) et endogènes (restructuration suite au départ du directeur général néerlandais), on peut tout de même mettre en lumière cette réflexion comme facteur d’explication.

06 Critiques et recommandations

Conclusion

Forte de sa culture d’innovation et de sa maîtrise sur la chaîne de valeur, JD.com affiche clairement sa volonté d’expansion géographique. Avec cet objectif en tête de ligne, c’est à la conquête de l’Europe que le géant chinois s’est lancé. Son but, rivaliser avec son homologue américain, Amazon, leader en Europe.

C’est en ce sens que JD.com lance sa filiale Ochama, un néo-concept de points de vente robotisés et automatisés et débute son installation aux Pays-Bas. En parallèle, l’entreprise tisse des partenariats avec des détaillants locaux dans neuf pays d’Europe (dont la majorité aux Pays-Bas) afin de se rendre le plus accessible possible et au plus grand nombre, simplifiant ainsi la vie de ses consommateurs Chinois à l’étranger. Elle propose également la livraison à domicile. Et tout cela en moins de 24h ! Cependant, la société se voit contraint de fermer trois de ses quatre magasins autonomes début 2023. Cela s’explique certainement, d’une part par les difficultés internes que la filiale a rencontré et par la baisse de la consommation. D’autre part, le concept en lui-même peut tout de même présenter certaines limites.

Pistes de réflexions

Dans un monde dans lequel nous sommes tous, tout le temps, partout, connectés, la perte du lien humain n’est-il pas facteur de dégradation de la valeur de l’offre ? Cette piste de réflexion est envisageable. En effet, on a pu le voir, les outils digitaux doivent faire partie intégrante de nos commerces physiques, ce n’est plus une option. Pour autant, il ne faut pas en utiliser à tort. La démultiplication de ces outils n’implique pas pour autant leur utilité pour les consommateurs, au contraire, cela pourrait les perdre, et même leur faire perdre leur temps. Il est donc indispensable d’étudier la valeur ajoutée pour le client avant d’incorporer ces outils à son magasin. Aussi, une fois les bons outils sélectionnés pour notre offre, on peut encore se demander si la substitution totale du physique au digital est possible aujourd’hui. On a pu le voir dans la partie précédente, la robotisation peut être perçue comme n’étant ni accueillante ni chaleureuse, voire nonchalante, créant ainsi une ambiance froide et aseptisée de toute relation humaine. Il n’y a pas de rayons, pas d’allées où l’on peut ne serait-ce que croiser une personne et ressentir une certaine chaleur humaine. De plus, le retrait de la commande se fait en moins de deux minutes, les chances de contact humain apparaissent comme quasiment impossible. Cette sensation créée chez le consommateur, pourrait le déstabiliser, ce qui amènerait ce dernier à ressentir un sentiment désagréable à terme.

Pour autant, Amazon Go et son concept de magasins entièrement autonomes fonctionne. On peut alors se demander s’il n’y aurait pas une autre piste de réflexion sur l’explication de la fermeture des magasins robotisés d’Ochama.

Alors oui mais… Oui mais quoi ? Oui, mais ce n’est pas exactement la même chose. Dans le concept d’Amazon Go, le client est autonome certes, mais le parcours d’achat n’en reste pas moins une expérience à part entière dans laquelle le magasin joue un rôle. On peut interagir avec son environnement, prendre un produit, le reposer, on a vraiment des interactions réalisées entre le consommateur et son environnement, et qui vont avoir un impact direct et fort sur l’expérience vécue. Cela aura des répercussions sur la valeur perçue et sur la fidélisation.

Dans le cas de la filiale Ochama, le retrait de la commande est un geste simplement et purement mécanique. On peut alors se demander quelle est sa plus-value face à de la livraison à domicile ou en point retrait. Au début, il y a le goût de la nouveauté, mais uniquement au début. Une fois que la folie de la première fois est passée, qu’en est-il de la fidélisation. Est-elle possible ?

Pour fidéliser ses consommateurs, il faut les comprendre. Rappelons-le, la cible principale d’Ochama se compose de consommateurs de nationalité ou d’origine chinoise, vivant en Europe. Nous avons pu voir que les Néerlandais étaient habitués à la technologie et aux magasins phygitaux. Cependant, il serait peut-être judicieux de récolter des données, ou de mener une étude le cas échéant, plus précisément sur le comportement de consommation des communautés chinoises aux Pays-Bas et plus largement eu Europe. Ces derniers cherchent des produits alimentaires ethniques, ils vont donc plus avoir le réflexe d’aller dans des épiceries, des détaillants concentrant ce type d’offre plutôt que de basculer sur une expérience phygitale. Aussi, en tant qu’expatriés, ces consommateurs peuvent, au travers de ce type d’achat, rechercher de manière plus ou moins conscientisée, un lien social leur permettant d’ajouter une dimension sentimentale à cet achat. Ce point de vue pourrait expliquer le fait que les points de retrait chez des détaillants tiers sont un franc succès. La plupart de ces boutiques sont des boulangeries, pâtisseries et épiceries ethniques. Les consommateurs cherchent une expérience de proximité. Une expérience omnicanale, oui, mais sans en oublier l’aspect social.

Ces réflexions peuvent maintenant nous diriger vers des recommandations potentielles.

Recommandations

D’une part, et comme les différentes prises de parole des dirigeants sur la stratégie du groupe pour sa filiale Ochama semblent le faire entendre, il est indispensable de maintenir la dynamique d’accroissement des points de retrait chez des détaillants tiers. Cela permettra de valoriser son accessibilité et simplifiera la vie de ses consommateurs. D’autre part, il est possible de s’interroger sur la duplication de son concept de magasin de proximité, JD Convenience, mais en Europe. En ce sens, il viserait l’entièreté des Néerlandais, et concentrerait plus son ciblage sur les modes de vie urbains. Ainsi, cela correspondrait au comportement omnicanal des Néerlandais, tout en le combinant à une expérience plus enrichie (via les interactions avec son environnement), et en conservant la rapidité de l’action d’achat, qui s’adapterait ainsi à la vélocité des modes de vie des cibles.

Chloé Peyrussie

https://www.linkedin.com/in/chlo%C3%A9-peyrussie-39b5431a3/

07 Sitographie & bibliographie

La sitographie & bibliographie a été scindée en plusieurs parties afin de mieux comprendre l’utilisation qui a été faite de ces ressources. La première partie « Corpus d’articles » se compose de l’ensemble des articles socles, à partir desquels une étude documentaire a été menée sous forme de synthèse. Cette étude documentaire a servi de point de départ à la rédaction de cette étude de cas. Ensuite, « Littérature », correspond à l’œuvre qui a été choisie pour servir à la confrontation avec la présente analyse (partie 5 Confrontation à la littérature). Les autres catégories se composent de ressources complémentaires qui ont permis de nourrir et d’enrichir l’étude de cas dans sa globalité.

Corpus d’articles

CLOTILDE CHENEVOY. Découvrez Ochama, le nouveau concept de magasin robotisé de JD.com ouvert aux Pays-Bas [Vidéo] [en ligne]. Le Média, 11 janvier 2022 [23/12/2023].

https://www.republik-retail.fr/strategie-retail/concepts/decouvrez-ochama-le-nouveau-concept-de-magasin-robotise-de-jd-com.html

PAULINE NEERMAN. Ochama tourne la barre depuis la Chine [en ligne]. Retail Detail, 3 Janvier, 2023 [23/12/2023].

STEFAN VAN ROMPAEY. Ochama ouvre 50 nouveaux points de retrait dans les magasins Blokker [en ligne]. Retail Detail, 2 Février, 2023 [23/12/2023].

PAULINE NEERMAN. JD.com surpasse ses rivaux chinois Alibaba et Tencent [en ligne]. Retail Detail, 24 Août, 2022 [23/12/2023].

STEFAN VAN ROMPAEY. « Le pire est derrière nous », déclare JD.com avec optimisme [en ligne]. Retail Detail, 21 Novembre, 2022 [23/12/2023].

MATHILDE ROCHEFORT. JD.com ouvre deux magasins robotisés aux Pays-Bas [en ligne]. Siecle Digital, 12 janvier 2022, 13 janvier 2022 [23/12/2023].

https://siecledigital.fr/2022/01/12/ochama-magasin-pays-bas/

Ochama de JD.com étend ses points de retrait à plus de 120 boutiques physiques en Europe [en ligne]. PR Newswire, 09 déc, 2022 [23/12/2023].

https://www.prnewswire.com/fr/communiques-de-presse/ochama-de-jdcom-etend-ses-points-de-retrait-a-plus-de-120-boutiques-physiques-en-europe-301699491.html

VIVIAN YANG. JD.com lance des magasins robotiques “ochama” aux Pays-Bas [en ligne]. JD.com, 10 JANVIER 2022, [23/12/2023].

https://jdcorporateblog.com/jd-com-launches-robotic-shops-ochama-in-the-netherlands/

Le supermarché en ligne chinois Ochama arrive en Belgique [en ligne]. Libre ECO,09-08-2022 [23/12/2023].

https://www.lalibre.be/economie/entreprises-startup/2022/08/09/le-supermarche-en-ligne-chinois-ochama-arrive-en-belgique-FU4VUH4UZJAUNDZDIVXOAVCAXU/

Littérature

VANHEEMS, Régine. Chapitre 8. « Naviguer » ou « résider » : quand le phygital et le métavers créent de nouvelles relations au monde marchand… : Le commerce en devenir. Omnicanal, digitalisation, phygitalisation et après ?. France : EMS Editions, 2022. p. 153-178.

Pages et articles du site de la société JD.com

Corporate blog. JD.com [20/12/2023].

https://corporate.jd.com

Our Business. JD.com [20/12/2023].

https://corporate.jd.com/ourBusiness

YUCHUAN WANG. JD Convenience Store ouvre maintenant un modèle de franchise dans quatre villes de Chine [en ligne]. JD.com, 5 AOÛT 2020 [26/12/2023].

https://jdcorporateblog.com/jd-convenience-store-now-opens-franchising-model-in-four-cities-in-china/

Articles de presse en ligne

VÉRONIQUE DOTRAUX. JD.com promeut sa directrice financière au poste de DG suite au départ de Xu Lei [en ligne]. Reuters, 15 mai 2023 [20/12/2023].

https://fr.fashionnetwork.com/news/Jd-com-promeut-sa-directrice-financiere-au-poste-de-dg-suite-au-depart-de-xu-lei,1515822.html

BERANGERE D’HENRY. Le géant chinois du e-commerce JD.com va lancer un produit de type ChatGPT [en ligne]. Sensefuel, 10 févr. 2023 [26/12/2023].

https://blog.sensefuel.com/le-géant-chinois-du-e-commerce-jd.com-va-lancer-un-produit-de-type-chatgpt

RACHAEL RAJAN. Recherche pro : Wall Street se penche sur les performances de JD.com [en ligne]. Investing, 04/12/202, 26/12/2023 [22/12/2023].

https://fr.investing.com/news/stock-market-news/recherche-pro–wall-street-se-penche-sur-les-performances-de-jdcom-93CH-2253821

Retail connecté : le géant chinois JD.com s’allie à Intel [en ligne]. Frenchweb, 10/12/2018 [22/12/2023].

https://www.frenchweb.fr/retail-connecte-le-geant-chinois-jd-com-sallie-a-intel/342376

FRANÇOIS DESCHAMPS. JD.com ouvre des magasins de produits alimentaires pour contrer Alibaba [en ligne]. LSA, 04 janvier 2018 [26/12/2023].

https://www.lsa-conso.fr/jd-com-ouvre-des-magasins-de-produits-alimentaires-pour-contrer-alibaba,276522

PHILIPPE GAUTIER. Chine : nouvelle franchise de magasins à dominante fruits et légumes [en ligne]. Reussir, 23 juillet 2020 [26/12/2023].

https://www.reussir.fr/fruits-legumes/chine-nouvelle-franchise-de-magasins-a-dominante-fruits-et-legumes

MICKAËL DENEUX. JD.com a ouvert un premier magasin franchisé de vente de fruits [en ligne]. LSA, 01 juillet 2020 [26/12/2023].

https://www.lsa-conso.fr/jd-com-a-ouvert-un-premier-magasin-franchise-de-vente-de-fruits,353609

JD.com, le géant du e-commerce développe sa franchise de fruits et légumes [en ligne]. BFMTV, 29/07/2020 [26/12/2023].

https://www.bfmtv.com/economie/operations/chine-eco/jd-com-le-geant-du-e-commerce-developpe-sa-franchise-de-fruits-et-legumes_AN-202007290230.html

BORIS CASSEL. JD.com, le nouveau géant chinois du e-commerce qui concurrence Amazon [en ligne]. Le Parisien, 20 janvier 2019 [26/12/2023].

https://www.leparisien.fr/economie/jd-com-le-nouveau-geant-chinois-du-e-commerce-qui-concurrence-amazon-20-01-2019-7992507.php

SOPHIA XU YAN. Les magasins 7FRESH de JD.com offrent la livraison express [en ligne]. Eurofresh Distribution, 13/07/2022 [26/12/2023].

https://www.eurofresh-distribution.com/news/jd-coms-7fresh-stores-offer-express-delivery/

LIESBETH MORTIER. JD.com lancera 1 000 magasins par jour [en ligne]. Retail Detail, Avril 2018 [26/12/2023].

Sources complémentaires

Profil société de JD.COM. ABC Bourse [20/12/2023].

https://www.abcbourse.com/analyses/chiffres/JDu

258 – Jacinthe Brillet, directrice générale Les Prés Rient Bio (Les 2 Vaches)

0

Écoutez ici :

Ou directement sur les plateformes de podcast :

Nous avons eu la chance d’interviewer Jacinthe Brillet, directrice générale des Prés Rient Bio (du groupe Danone). Elle développe les engagements de la marque pour une agriculture biologique et équitable. L’entreprise, qui collabore avec des éleveurs normands, se concentre sur des pratiques agroécologiques innovantes et promeut un modèle d’entreprise engagée. Jacinthe Brillet explique leur stratégie de communication positive et leur désir de rendre la responsabilité citoyenne désirable. ELle aborde aussi la concurrence des marques de distributeurs et la réorientation stratégique de la communication de l’entreprise, notamment à travers leur présence à la télévision et le lancement de nouveaux produits.

Un immense merci à Jacinthe Brillet pour cette interview passionnante et inspirante ! Un grand merci également à Justine Miloudi d’avoir rendu cette formidable interview possible.

👉 Voici les liens pour écouter l’épisode : https://smartlink.metricool.com/public/smartlink/mark-et-ting

Les Prairies Bio : Un Engagement Authentique pour l’Agriculture Biologique et Équitable

Aujourd’hui, nous sommes ravis de partager avec vous une aventure qui nous a particulièrement marqués lors d’un épisode récent de notre podcast, où nous avons eu l’honneur d’accueillir Jacinthe Brillet, directrice générale de l’entreprise Les Prés Rient Bio. Voici les enseignements et les réflexions qui ont émergé de cette rencontre inspirante.

La Mission de Les Prés Rient Bio : Rendre le Responsable Désirable

Les Prés Rient Bio n’est pas une entreprise ordinaire. Depuis 18 ans, elle se bat pour les fermiers du bio et pour une agriculture respectueuse des hommes, de la biodiversité et du climat. Leur stratégie marketing, loin de se limiter à la promotion de produits, vise à rendre la responsabilité citoyenne désirable. C’est un positionnement qui, bien que novateur à ses débuts, demeure incroyablement pertinent aujourd’hui.

Un Modèle Inspiré par l’Agroécologie

L’entreprise s’inspire d’un modèle d’agriculture vertueux, centré sur les prairies permanentes, essentielles à la biodiversité et à une alimentation de qualité pour les vaches. Cette approche est inspirée par un professeur d’agriculture américain, pionnier de l’agroécologie, qui a su transposer ses méthodes dans l’industrie laitière avec succès.

Un Engagement Équitable et Local

Les Prés Rient Bio a récemment signé un contrat équitable unique dans l’industrie laitière, garantissant une rémunération juste pour les éleveurs, couvrant tous les coûts de production et offrant une marge de sécurité. L’entreprise travaille avec 50 producteurs de lait bio situés à moins de 50 kilomètres de leurs laiteries en Normandie, renforçant ainsi leur engagement local.

La Communication : Un Levier pour le Changement

L’entreprise a choisi de communiquer de manière joyeuse et militante, en utilisant des slogans tels que “gourmand, normand, simplement” pour souligner le goût, le plaisir et la simplicité de leurs produits. Ils ont également pris un tournant stratégique en revenant à la télévision avec des publicités de quinze secondes, mettant en avant leurs atouts distinctifs pour renforcer leur message.

Face à la Concurrence : La Valeur de la Marque

Les Prés Rient Bio reconnaît que la concurrence des marques de distributeur est principalement une question de prix. Cependant, l’entreprise croit fermement que les consommateurs, attachés à la qualité de leur alimentation, seront prêts à choisir des produits qui préservent la biodiversité et la richesse de notre planète.

Innovation et Simplicité : La Crème de la Crème

L’innovation récente, “La crème de la crème de Normandie”, illustre parfaitement la réorientation stratégique de l’entreprise. Ce produit s’inscrit dans le segment du blanc gourmand et met en avant la gourmandise, le local et la simplicité, des valeurs chères à Les Prés Rient Bio.

Un Parcours Professionnel au Service de l’Impact Sociétal

Pour conclure, Jacinthe Brillet partage avec vous son parcours professionnel, qui l’a menée de Unilever à Danone, et finalement aux Prés Rient Bio. Jacinthe Brillet a toujours cherché à allier performance économique et impact sociétal, avec une sensibilité particulière pour le vivant. Cette quête de sens est un apprentissage de la vie, et Jacinthe Brillet est convaincue que l’on peut réconcilier performance et responsabilité.

Les Prés Rient Bio est un exemple éloquent de la manière dont les valeurs et la vision peuvent transformer non seulement une entreprise, mais aussi l’industrie et la société dans son ensemble.

Présentation de l’entreprise Les Prairies Bio (00:01:25) Description de l’entreprise, son engagement pour les fermiers du bio et son partenariat avec des éleveurs bio normands.
Signification du nom “Les Prairies Bio” (00:03:35) 
Avantages d’être une société au sein de Danone (00:04:51) 
Influence et expériences de Les Prairies Bio sur Danone (00:05:37)
Certification B Corp de Les Prairies Bio (00:07:41) 
Engagements clés de Les Prairies Bio (00:09:55) 
Engagement en faveur de l’agriculture équitable (00:12:23) 
Innovations pour rendre le métier plus attractif (00:13:24) 
Présentation de la plateforme d’innovation et son impact sur l’agriculture bio en Normandie (00:14:48)
Ancrage normande et impact sociétal (00:15:59)
Renégociation du contrat équitable (00:18:11) 
Stratégie marketing et positionnement de la marque (00:22:22) 
La personnalité de la marque (00:25:32) 
Les éléments distinctifs de marque (00:26:27) 
Partenariat avec son agence de communication (00:28:40) 
La théorie du développement durable (00:30:43) 
Stratégie marketing et publicité (00:31:20)
Changement de cap stratégique (00:36:32) 
La concurrence des marques de distributeur (00:38:01)
Nouveaux produits et réorientation stratégique (00:39:34)
Parcours professionnel (00:40:56)
Parcours d’études et expériences professionnelles (00:46:32) 
Adaptation à différents secteurs d’activité (00:48:36) 
Le sens de la vie (00:50:44) 
Engagement sociétal (00:52:24) 
Transition chez Danone (00:53:45) 
Rôle en tant que directrice générale (00:55:28)
Influence et engagement (00:57:19)
Accueil des étudiants et profils recherchés (00:58:40) 

Bonne écoute sur Mark & Ting ! 

______________________

ABONNEZ-VOUS + laissez un avis et 5 étoiles sur Apple Podcasts ou Spotify

Mark & Ting (https://www.mark-et-ting.com) est proposé par des étudiant.e.s et enseignant.e.s de Tech de Co Périgueux – IUT de Bordeaux – Université de Bordeaux. C’est le rendez-vous de tous les étudiant.e.s et personnes curieux.ses du monde du marketing ! 

#256 – Zara : Le nouveau visage de la mode éthique ?

0

Le secteur de la seconde main a le vent en poupe ces dernières années. Les habitudes de consommation évoluent, tant influencées par la crise économique que par l’urgence écologique puisque la seconde main permet de donner une seconde vie à des biens de consommation déjà utilisés et possédés par des consommateurs. Aujourd’hui, le marché mondial de la seconde main pèse près de 105 milliards d’euros dont 33 milliards d’euros générés par le secteur de l’habillement (BPI France, 2023). En France, au deuxième trimestre 2023, Leboncoin et Vinted comptaient parmi les sites internet les plus visités (Médiamétrie, 2023). Ces données illustrent parfaitement l’essor que connaît le secteur de la seconde main.

Le marché de la seconde main permet aux consommateurs de lutter contre l’inflation croissante dûe à la crise économique et de réduire leur empreinte carbone. Ces nouveaux enjeux économiques et écologiques rendent le tournant inévitable pour les enseignes de prêt-à-porter. Selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance, les circuits courts sont plébiscités par plus de 43% des français mais paradoxalement, les marques d’ultra fast fashion se portent à merveille et enregistrent des chiffres record pour l’année en cours. Le secteur est fortement impacté par la baisse du pouvoir d’achat des ménages et doit faire face à une véritable hécatombe. La concurrence est féroce et les acteurs du secteur ne manquent pas d’inventivité pour accroître la compétitivité. La fermeture ou le placement en liquidation judiciaire de NAF NAF, Pimkie, Kookaï et bien d’autres illustrent parfaitement l’état de santé du secteur de l’habillement tricolore.

Néanmoins, quelques acteurs du secteur parviennent à tirer leur épingle du jeu dont le géant de la mode : Zara. En 2022, le groupe Inditex, propriétaire de Zara, enregistre les bénéfices nets les plus élevés de son histoire avec près de 4,13 milliards d’euros soit une hausse de 27% par rapport à l’année précédente (Le Monde, 2023). Depuis septembre 2023, Zara bouscule une nouvelle fois le secteur en lançant sa plateforme de seconde main dédiée aux vêtements de l’enseigne : Pre-Owned. Après de nombreux scandales éthiques et écologiques qui n’ont pas manqué de faire polémique, l’enseigne souhaite redorer son image de marque : décryptage de la nouvelle plateforme de seconde main lancée par Zara.

Grâce à une étude documentaire basée sur l’analyse d’articles, nous nous intéresserons à l’ascension fulgurante de Zara, du petit atelier de confection à l’enseigne internationale. Au cours de cette étude, nous allons répondre aux questions suivantes : Dans quelles mesures Zara, leader mondial de la fast-fashion, peut réinventer son modèle à l’aide de sa plateforme de seconde main ? Quels sont les défis auxquels Zara doit faire face pour répondre aux problématiques humaines, économiques et écologiques de notre société ? En quoi le lancement de la plateforme Pre-Owned répond aux enjeux RSE d’aujourd’hui ?

La naissance du géant de la mode : présentation de Zara et de son environnement

Derrière le style sans cesse renouvelé de Zara se cachent des secrets bien gardés : les ingrédients clés qui ont propulsé cette marque iconique au sommet de l’industrie de la mode. Avant d’identifier les facteurs clés de succès de Zara, nous allons présenter l’enseigne aux mille succès.

Fondée en 1975 par Amancio Ortega Gaona et Rosalia Mera en Espagne, Zara est une chaîne de magasins de prêt-à-porter. L’enseigne propose des vêtements et accessoires pour hommes, femmes et enfants à prix abordables. Installé à La Corogne en Galice, Amancio Ortega commence sans le savoir son ascension vertigineuse en devenant responsable de La Maja, le magasin le plus huppé de la ville. Amancio Ortega va s’inspirer de la pièce la plus vendue du magasin : la robe de chambre. A l’époque, les robes de chambre sont un incontournable de la garde robe des bourgeoises espagnoles mais l’ambition du futur créateur de Zara est de vendre une version similaire à prix cassé pour rendre la mode accessible. Le concept de Zara est né : s’inspirer des pièces de créateurs pour reproduire une version similaire à moindre coût.

Légende : Robe de chambre commercialisée par La Maja qui sera copiée par Amancio Ortega Source : Documentaire société, Zara : Infiltrés chez la marque numéro un du prêt à porter

Amancio Ortega débute alors en 1963 avec un simple atelier de confection de pyjamas et de robes de chambre et en 1975, le premier magasin Zara voit le jour. Aujourd’hui, Zara est un véritable empire et est détenu par le groupe Inditex. Créé en 1985, Inditex est un groupe espagnol spécialisé dans la distribution de textile. Le groupe possède Zara, Zara Home, Bershka, Pull & Bear, Massimo Dutti, Stradivarius et Oysho. Selon le Wall Street Journal, c’est le distributeur mondial le plus important dans le secteur de l’habillement. En 2023, l’enseigne compte plus de 2000 magasins répartis dans près de 90 pays. L’internationalisation de Zara débute en 1988 avec l’ouverture d’un magasin à Porto puis d’un second à New York en 1989 tandis que la France accueille la première boutique en 1990.

Zara s’est développé grâce à un système de distribution en réseau intégré et d’un canal de distribution direct. Le réseau de distribution intégré est constitué de points de vente appartenant en propre à une enseigne de distribution. Dans le cas d’une distribution intégrée, les succursales n’ont pas d’indépendance juridique, les fonctions d’achat sont généralement centralisées et la direction des succursales est assurée par des directeurs de magasins salariés de l’enseigne. Ce système permet de garder un contrôle total sur la stratégie de distribution des produits de l’enseigne puisque chaque directeur de magasins dépend de la société mère. En revanche, l’enseigne doit faire preuve d’une solidité financière redoutable pour faire face aux investissements colossaux engendrés par ce système de distribution. Grâce à la matrice SWOT, nous allons analyser l’environnement de Zara afin d’identifier les forces, faiblesses, opportunités et menaces de l’enseigne.

La success story de Zara : identification des facteurs clés de succès

Les facteurs clés de succès de Zara sont nombreux et grâce à ceux-ci, l’enseigne a survécu à l’hécatombe subie par les différentes enseignes ces derniers temps (Camaïeu, NAF NAF etc.). Concernant la stratégie d’implantation de Zara, les magasins mesurent en moyenne 300 m2 et sont localisés en plein centre-ville ou dans des centres commerciaux. Zara utilise ses vitrines comme moyen de communication, elles sont préalablement définies par l’enseigne au millimètre près puis déployées dans les quelques 2 000 magasins. Les vitrines jouent un rôle si crucial dans l’image de marque qu’en 2018, Zara a lancé une nouvelle expérience d’achat intitulée Zara AR. Cette innovation digitale consiste à intégrer dans les vitrines des mannequins en réalité augmentée pour faciliter la projection d’achat. Concernant la stratégie de distribution, l’enseigne opte pour une stratégie omnicanale, les clients peuvent profiter à la fois d’une expérience physique dans l’un des nombreux magasins Zara puis de l’application mobile ou encore du site internet. Les consommateurs ont la possibilité de réaliser des achats en click-and-collect ou encore de retourner un article acheté en ligne directement en magasin. Zara facilite les achats avec quelques innovations digitales récentes : click-and-go (consultation en temps réel des articles en stock dans une boutique Zara), click-and-find (géolocalisation du vêtement dans la boutique) ou encore click-and-try (réservation à distance d’une cabine d’essayage). L’ensemble de ses innovations facilitent le parcours d’achat des consommateurs et renforcent l’omnicanalité de l’enseigne. C’est en ce sens que Zara conserve des avantages concurrentiels forts.

La grande force de Zara réside dans son modèle d’intégration verticale unique : la fast-fashion. Dans un secteur où la délocalisation est presque devenue une norme, Zara casse les codes en contrôlant la quasi-totalité de sa chaîne d’approvisionnement. Zara possède une dizaine d’usines en propre à proximité de son siège, le reste est opéré en sous-traitance. De la conception à la distribution des produits, Zara intervient à chaque étape afin de réagir en un claquement de doigt aux nouvelles tendances qui se profilent chaque semaine. L’enseigne est capable de produire une nouvelle collection toutes les deux semaines en concevant des articles de mode en interne grâce à une armée de stylistes qui s’inspirent des pièces des plus grands créateurs pour les reproduire à moindre coût.

Légende : A gauche, chemise de la marque G.Kero, à droite, chemise commercialisée par Zara Source : Documentaire société, Zara : Infiltrés chez la marque numéro un du prêt à porter

L’enseigne fait face à une problématique, elle n’est plus la seule à avoir cette stratégie, Shein copie les articles de Zara en un temps record à prix cassés.

L’avantage d’un réseau de distribution intégrée pour Zara réside dans le fait que les directeurs de magasins de l’enseigne remontent chaque jour les informations collectées par le personnel de vente pour ajuster les articles en fonction des tendances et des attentes des clients. Les magasins de l’enseigne passent commande deux fois par semaine pour obtenir un réassort auprès des centrales de distribution et sont livrés en moins de 24 heures en Europe et en moins de 36 heures dans le reste du monde. Ces délais de livraison sont possibles car près de 49% de la confection des articles de mode est réalisée soit en Espagne, au Portugal ou au Maroc.

Avant-gardiste, dès les années 1980 l’enseigne effectue des investissements informatiques et logistiques pour optimiser la gestion de ses stocks. Aujourd’hui, des solutions innovantes comme les étiquettes intelligentes RFID sont utilisées chez Zara pour assurer la traçabilité des produits vendus. La traçabilité devient un incontournable pour répondre aux nouveaux enjeux RSE de notre société. L’enseigne a fréquemment été au cœur de polémiques liées à des sujets environnementaux et pointée du doigt pour sa production massive de vêtements entraînant une surconsommation. La principale problématique de Zara est de redorer son image de marque sur le plan environnemental et sociétal tout en conservant ses avantages concurrentiels. Entre exploitation des Ouïghours et matières premières synthétiques dangereuses, Zara a essuyé de nombreux scandales qui n’ont pas manqué d’ébranler quelque temps l’image de marque de l’enseigne.

Un virage éthique : les choix stratégiques de l’enseigne espagnole

En réaction à ses nombreux scandales, Zara a récemment pris des mesures concrètes portées par le groupe Inditex pour réduire son empreinte carbone et améliorer les conditions de travail de ses employés. Le géant de la mode espagnole a annoncé à travers son programme Join Life vouloir réduire de 25% la consommation d’eau au cours de la chaîne d’approvisionnement d’ici 2025 ou encore réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 50% d’ici 2030 pour atteindre une neutralité climatique en 2040, vaste programme. Entre greenwashing ou convictions sincères, difficile d’arbitrer mais une chose est sûre, Zara semble déterminé à redorer son image de marque.

En 2022, l’enseigne lance une plateforme de seconde main au Royaume-Uni : Pre-Owned. Avant Zara, quelques enseignes avaient déjà commencé à conquérir le marché de la seconde main : Pimkie, Kiabi, Sandro et encore bien d’autres, signe que le secteur est extrêmement porteur. La plateforme Pre-Owned, accessible directement depuis le site internet et l’application mobile permet aux clients de réparer, vendre, donner ou acheter des articles de mode Zara.

Légende : Capture d’écran de la plateforme Pre-Owned Source : Plateforme Pre-Owned, Zara

Chaque service proposé est disponible soit en ligne soit en magasin hormis l’achat et la vente. Les dons peuvent provenir de marques concurrentes et deux options s’offrent aux consommateurs pour donner leurs vêtements : dépôt des vêtements dans un conteneur de collecte disponible dans les magasins Zara ou demande de collecte à domicile par un coursier pour 1,95 euros. Ensuite, les vêtements sont triés en fonction de leur état puis donnés à des associations comme La Croix Rouge. En revanche, la réparation, la vente et l’achat sont réservés aux articles de l’enseigne exclusivement. Pour le service de réparation, Zara possède un réseau d’ateliers pour donner une seconde vie aux vêtements des consommateurs. Les clients peuvent soit apporter leurs vêtements dans un magasin de l’enseigne soit les envoyer directement à l’atelier pour qu’ils soient réparés. Concernant l’achat et la vente des vêtements, c’est un service de clients à clients disponible uniquement en ligne pour le moment. Des frais de transaction s’appliquent pour l’acheteur à hauteur de 1 euros plus 5% du prix de chaque article.

Selon le programme Join Life de Zara, l’objectif est d’être opérationnel sur tous les marchés stratégiques en 2025. Depuis septembre 2023, la plateforme est disponible en France et est déployée dans 14 pays depuis décembre 2023 : Espagne, Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Slovaquie, Slovénie, Finlande, Grèce, Irlande, Italie mais aussi au Luxembourg, Portugal et aux Pays-Bas (FashionUnited, 2023).

Cette nouvelle plateforme complète la stratégie de distribution omnicanale de Zara tout en répondant aux enjeux environnementaux. Concrètement, la plateforme permet de donner une seconde vie aux vêtements de la marque et de réduire la consommation d’articles de mode devenue démesurée à cause de la fast-fashion. Néanmoins, là n’est pas le seul objectif de Zara. Si la réduction de l’empreinte carbone de l’enseigne en est un, l’objectif économique pèse lui aussi très lourd dans la balance. Comme vu précédemment, le marché mondial de la seconde main s’élève à 105 milliards d’euros dont 33 milliards d’euros générés par le secteur de l’habillement et Leboncoin et Vinted comptaient parmi les sites internet les plus visités. Ce n’est pas un hasard si Zara lance sa plateforme de seconde main, l’objectif est surtout de capter une clientèle détenue jusqu’à présent par Vinted puisque une grande majorité des articles de seconde main de Zara sont vendus sur la plateforme lituanienne.

La confrontation littéraire

La perception de la seconde main par les consommateurs est une notion primordiale à prendre en compte pour mieux comprendre la stratégie de Zara derrière le lancement de la plateforme Pre-Owned. Nous allons étudier l’ouvrage d’Élodie Juge, Tiphaine Chautard Dardé, Isabelle Collin-Lachaud, Guillaume Do Vale paru en 2022 intitulé : “Rêvolutions du commerce dans une société en transition” et plus particulièrement le chapitre 2 “Une exploration des pratiques des distributeurs pour se légitimer sur le marché de la seconde vie”. L’ouvrage met en lumière la prise d’assaut du marché de la seconde main en France par les distributeurs. Cet ouvrage est particulièrement intéressant à analyser pour nous aider à mieux comprendre la stratégie de Zara, les comportements d’achats des consommateurs et les nouveaux enjeux environnementaux. Cette analyse nous permettra par la suite de soumettre des recommandations cohérentes à l’enseigne. Entre storytelling, discours écologiques et pratiques commerciales innovantes, les enseignes de distribution traditionnelles ne manquent pas d’inventivité pour intégrer le marché porteur de la seconde main à leur modèle économique. Selon les auteurs, le marché de la seconde main en France a engrangé un chiffre d’affaires de 7,4 milliards d’euros en 2020 dont plus de la moitié en provenance du web (Juge & all., 2022). Cette donnée est intéressante puisque les achats sur internet représentent une grande partie des ventes de seconde main et cela peut être mise en relation avec la problématique de Zara : l’enseigne est dépendante de ses magasins physiques. Ainsi, le lancement de la plateforme Pre-Owned en ligne, permettra certainement d’encourager les consommateurs à effectuer leurs achats en ligne que ce soit pour se procurer les vêtements neufs vendus par l’enseigne ou pour les vêtements de seconde main.

L’ouvrage aborde une notion intéressante théorisée par Collin-Lachaud et Volle en 2019 : la théorie des pratiques. Dans le cadre de notre analyse, cette théorie consistera à mieux comprendre le comportement des enseignes de distribution dans la conception de l’hybridation de leur offre de produits de seconde main et leur offre historique de produits neufs. Nous allons étudier les trois piliers sur lesquels reposent les pratiques marketing des distributeurs pour intégrer les offres de seconde main. Dans un premier temps, le pilier normatif permet aux distributeurs de normaliser l’achat d’articles de seconde main en “diffusant des injonctions à consommer de façon durable tout en gagnant de l’argent” (Juge & all., 2022). Le deuxième pilier est réglementaire, c’est la manière avec laquelle les distributeurs s’approprient la législation environnementale en vigueur. Enfin, le pilier cognitif consiste à faire prendre conscience aux consommateurs que l’achat de la seconde main est, tout comme le neuf, indispensable.

Le pilier normatif est largement utilisé par Zara à l’occasion du lancement de Pre-Owned, sur le site internet de l’enseigne à travers des messages diffusés aux consommateurs : “Nous avons créé la plateforme Pre-Owned qui vous permet de prolonger la durée de vie de vos vêtements” ou encore “évoluer vers un modèle plus circulaire”. Cet exemple met en lumière la volonté de Zara de positionner sa plateforme de seconde main comme un acte d’engagement envers l’économie circulaire et l’écoresponsabilité. Les enjeux environnementaux sont systématiquement mis en avant par les distributeurs lorsqu’ils lancent de nouveaux produits de distribution de seconde main. Les enseignes de distribution ont réussi à simplifier et rendre l’expérience d’achat de vêtements de seconde main attrayante. Pour renforcer le pilier normatif, les enseignes de distribution allient l’argument écologique que nous venons de voir à l’argument économique. Cet argument économique encourage les clients à consommer toujours autant d’articles de prêt-à-porter à des prix avantageux. Par exemple, les auteurs de l’ouvrage mettent en lumière la stratégie de Cyrillus. Cyrillus propose un “système de bonification” si les vendeurs achètent des produits au sein de l’enseigne plutôt que de récupérer le montant de leur vente (Juge & all., 2022). Cette technique permet d’inciter les consommateurs à dépenser sur le site internet de l’enseigne pour acheter à la fois des vêtements neufs ou d’occasion.

Le pilier réglementaire est également utilisé par les distributeurs pour rendre leur initiative crédible et légitime auprès des consommateurs. Selon les auteurs, ce pilier repose sur “le respect des règles édictées par l’Etat et les organismes de régulation comme la loi AGEC” (Juge & all., 2022). La loi AGEC (Anti-Gaspillage et Économie Circulaire) a été adoptée en 2020 et elle impose de nombreuses conformités notamment aux distributeurs. “Cette loi impose des objectifs stratégiques de gestion et de prévention de la production de déchets, des informations plus nombreuses du consommateur, de favoriser le réemploi et la réutilisation ainsi que l’économie de la fonctionnalité et servicielle dans le cadre de la lutte contre le gaspillage, une responsabilité accrue des producteurs, et enfin une lutte contre les dépôts sauvages.”(Juge & all., 2022). A travers le programme Join Life, lancé par Zara, l’enseigne tente de se conformer à ses réglementations en modifiant sa stratégie de distribution, d’approvisionnement et de confection : “Nous travaillons sur les différentes étapes de notre chaîne de valeur avec une approche holistique, de la façon dont nous concevons nos produits, choisissons les matériaux ou fabriquons les vêtements, ainsi que la logistique ou le design et la gestion de nos entrepôts et magasins tout en contribuant à prolonger la durée de vie des vêtements grâce à des programmes de réparation, de revente et de don de vêtements usagés” (Site internet de Zara). En réalité, les mesures prises par Zara sont surtout un moyen de modifier la perception des consommateurs vis-à-vis de l’image de marque de l’enseigne.

Le pilier cognitif est utilisé par les distributeurs notamment à travers du storytelling. L’ouvrage “Rêvolutions du commerce dans une société en transition”, met en lumière le storytelling idéologique, hédonique, émotionnel et affectif. Nous pouvons constater que le storytelling idéologique est le seul à être utilisé par Zara. Ce type de storytelling consiste selon les auteurs à “s’appuyer sur la conscience relative aux enjeux environnementaux et la volonté de participer à l’effort collectif”. A travers le message publié sur la page de la plateforme de seconde main de Zara “les vêtements les plus durables sont ceux que vous possédez déjà”, l’enseigne accroît la responsabilité et l’engagement du consommateur dans son acte d’achat ou de vente.

Recommandations

Dans un secteur de la mode extrêmement pollué, la création de la plateforme de seconde main Pre-Owned de Zara permet de proposer une alternative plus responsable à la consommation de vêtements. Les nombreux scandales qui ont frappé l’enseigne de prêt-à-porter l’ont encouragé à apporter des actions concrètes pour améliorer son image de marque et, dans le même temps, diminuer son impact environnemental. Grâce à la confrontation littéraire, nous allons pouvoir s’inspirer des réussites des distributeurs dans la conception de l’hybridation de leur offre de produits de seconde main et leur offre historique de produits neufs.

Zara ne possède aucun programme de fidélité et les offres promotionnelles sont assez rares chez l’enseigne espagnole. Dans le cadre du lancement de Pre-Owned, Zara pourrait instaurer un portefeuille client réservé aux vendeurs de la plateforme au même format que Cyrillus. Ainsi, les vendeurs recevraient le montant de leurs ventes sous forme de bon d’achat à utiliser sur le site internet de Zara. Cette stratégie permettrait d’accroître la fréquentation du site internet et de faire émerger une nouvelle stratégie de distribution.

Afin de renforcer l’omnicanalité de Zara, nous pouvons aisément imaginer que la prochaine étape serait de créer des corners dans les magasins dédiés à la seconde main. La distribution de vêtements de seconde main dans les enseignes connues de prêt-à-porter est une nouveauté adoptée par de plus en plus d’enseignes. Plusieurs enseignes de prêt-à-porter ont sauté le pas comme Jules, Bocage, Kiabi, Eram, Gémo ou encore Pimkie. Par exemple, Kiabi indique avoir plus de 400 000 membres sur sa plateforme de seconde main, 2 millions de pièces en ligne et près de 500 000 clients ont acheté de la seconde main dans les magasins de l’enseigne.

Nous pouvons également imaginer que la plateforme Pre-Owned pourrait proposer des vêtements recyclés. En effet, dans le cadre du lancement de sa plateforme, Zara propose aux consommateurs d’effectuer un don de leurs vêtements à des associations. Zara pourrait utiliser les vêtements donnés en mauvais état pour les recycler et en faire de nouveaux vêtements neufs. Le géant espagnol pourrait ainsi créer un label sous lequel les vêtements recyclés seraient commercialisés. En revanche, cette nouvelle gamme de vêtements engendrerait des coûts logistiques importants car les vêtements devront préalablement être triés en fonction de leur état avant d’être soit donnés soit recyclés.

Conclusion

Zara est, grâce à la force du groupe Inditex, le leader mondial de la fast-fashion dans le secteur de l’habillement. Zara a su résister à travers les années aux nombreuses difficultés économiques rencontrées par les acteurs de l’industrie de la mode. Le pouvoir d’achat en baisse des français n’a en rien entaché le succès de Zara, bien au contraire. Grâce à la sortie fréquente de nouvelles collections à prix cassés inspirées de grands créateurs, Zara suscite l’intérêt des consommateurs. La seule ombre au tableau : l’impact environnemental catastrophique de l’enseigne. Les récentes mesures prises par Zara et le lancement de la plateforme de seconde main Pre-Owned devraient redorer l’image de marque de l’enseigne et améliorer la perception des consommateurs.

Nina Pénichou

https://www.linkedin.com/in/nina-p%C3%A9nichou/

Sources

Juge, É., Chautard Dardé, T., Collin-Lachaud, I. & Do Vale, G. (2022). Chapitre 2. Une exploration des pratiques des distributeurs pour se légitimer sur le marché de la seconde vie. Dans : Isabelle Collin-Lachaud éd., Rêvolutions du commerce dans une société en transition (pp. 44-61). https://doi-org.docelec.u-bordeaux.fr/10.3917/ems.colli.2022.01.0043

Moreira, E. (2023, 12 décembre). Six chiffres révélateurs de la folie de la seconde main. Les Echos.https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/six-chiffres-revelateurs-de -la-folie-de-la-seconde-main-2039326

Zara : la marque se lance dans la seconde main avec “Pre-owned”.Actu. (2023, 11 septembre).Actu.fr.https://actu.fr/economie/zara-la-marque-se-lance-dans-la-seconde-main-a vec-pre-owned-comment-ca-marche_60058591.html

Rédaction, L. (2018, 17 décembre). Zara : Comment Amancio Ortega Gaona est devenu le roi du monde. Entreprendre. https://www.entreprendre.fr/fondateur-de-zara/

Zara : les alternatives en franchise dans le prêt à porter. (s. d.). https://cutt.ly/hwFV4G3y

Guyot, O. (s. d.). Après une progression des ventes en 2022, le marché de l’habillement pourrait se contracter cette année. FashionNetwork.com. https://fr.fashionnetwork.com/news/Apres-une-progression-des-ventes-en-2022-le-marche-de- l-habillement-pourrait-se-contracter-cette-annee,1487495.html

5 chiffres à connaître sur le marché de la seconde main. (s. d.).

https://bigmedia.bpifrance.fr/infographies/5-chiffres-a-connaitre-sur-le-marche-de-la-second e-main

Documentaire Société. (2022, 5 février). Zara : infiltrés chez la marque numéro un du prêt à porter [Vidéo]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=HjBcMHmWnwU

254 – Préparer son entretien de recrutement Tech de Co

0

Écoutez ici :

Ou directement sur les plateformes de podcast :

Réussir son Entretien de Recrutement : conseils par les Étudiants de Tech de Co Périgueux

Aujourd’hui, on vous partage les précieuses leçons tirées de notre dernier podcast (qui sort le 30 avril), une discussion riche et instructive sur les entretiens de recrutement, spécialement dédiée aux candidats de Tech de Co Périgueux. Voici les meilleures stratégies pour se préparer, se démarquer et gérer le stress lors de ces moments décisifs.

La Préparation Stratégique à l’Entretien

Les entretiens se tiendront du jeudi 2 mai au mardi 7 mai. Les étudiants ont souligné l’importance d’une préparation minutieuse, conseillant aux candidats de rédiger une présentation personnelle qui met en avant leurs expériences professionnelles, leurs passions, et surtout, de faire le lien entre leur formation à Tech de Co et leurs expériences vécues. Les étudiants ont insisté sur l’importance de parler de ses atouts et défauts avec assurance, et de faire preuve de présence et de prestance pour marquer les esprits.

Les Conseils de l’Équipe Promo TC pour Se Démarquer

D’autres étudiants TC ont complété ces recommandations en mettant l’accent sur la maîtrise des connaissances relatives à la formation. Elles ont encouragé les étudiants à parler de leurs projets professionnels et de leurs activités extrascolaires, des éléments qui peuvent réellement vous distinguer des autres candidats. Leur message était clair : pour se démarquer, il faut montrer ce qui fait de vous un candidat unique.

Gérer le Stress avec Authenticité

L’équipe Promo TC a également abordé la gestion du stress, un aspect crucial de la préparation à l’entretien. Ils ont conseillé de rester authentiques, d’anticiper les questions et de se préparer de manière honnête. L’authenticité, le sourire et le dynamisme sont des atouts non négligeables qui peuvent transformer l’expérience de l’entretien en un moment agréable et mémorable.

Un Accompagnement Attentif et Rassurant

Pour finir, l’équipe Promo TC a assuré qu’elle serait présente pour accompagner les étudiants dans cette épreuve. Disponible dans les couloirs pour répondre aux questions, rassurer et donner des conseils, leur présence est une ressource précieuse pour les étudiants, même la veille des entretiens.

En Conclusion

En résumé, une préparation approfondie, la capacité à se démarquer par sa personnalité et ses projets, ainsi qu’une bonne gestion du stress sont les clés pour réussir ses entretiens de recrutement.


👉 Voici les liens pour écouter l’épisode : https://smartlink.metricool.com/public/smartlink/mark-et-ting

ou https://www.mark-et-ting.com/podcast-marketing

Bonne écoute sur Mark&Ting ! 

______________________

ABONNEZ-VOUS + laissez un avis et 5 étoiles sur Apple Podcasts ou Spotify

Mark & Ting (https://www.mark-et-ting.com) est proposé par des étudiant.e.s et enseignant.e.s de Tech de Co Périgueux (https://www.techdeco-perigueux.fr) – IUT de Bordeaux – Université de Bordeaux. C’est le rendez-vous de tous les étudiant.e.s et personnes curieux.ses du monde du marketing ! 

238 – Conseils pour maximiser vos chances sur Parcoursup par Régis Tellier

0

Bonjour à toutes et tous, aujourd’hui on se retrouve pour un nouvel épisode avec Régis Tellier, responsable des recrutements à Tech de co Périgueux. Il partage son expertise sur le recrutement via Parcoursup. Il aborde les critères de sélection des formations, conseille sur la rédaction d’une lettre de motivation percutante et la préparation aux entretiens. Régis Tellier souligne l’importance de la motivation et de l’intérêt pour la formation choisie. Il explique également les avantages et inconvénients des programmes en apprentissage ou en alternance et donne des astuces pour maximiser les chances d’acceptation des candidats.

Une interview réalisée par Lilou Rodriguez et Maëva Dufour

👉 Voici les liens pour écouter l’épisode : https://smartlink.metricool.com/public/smartlink/mark-et-ting

ou https://www.mark-et-ting.com/podcast-marketing/

Bonne écoute sur Mark&Ting ! 

Présentation de Régis Tellier (00:00:14) Régis Tellier présente son rôle et ses responsabilités en tant que responsable du recrutement à Tech de Périgueux.

Parcours professionnel de Régis Tellier (00:00:33) Régis Tellier parle de son parcours professionnel avant d’arriver à Périgueux.

Missions en tant que responsable des recrutements (00:00:48) Les tâches de recrutement incluent la présentation, les salons, les journées d’immersion, et la gestion de Parcoursup.

Renseignement sur les formations sur Parcoursup (00:01:40) Comment les candidats peuvent se renseigner efficacement sur les formations proposées sur Parcoursup.

Critères importants pour choisir des formations sur Parcoursup (00:02:15) Les critères importants à considérer lors du choix des formations sur Parcoursup.

Maximiser ses chances d’acceptation dans des filières sélectives (00:03:42) Comment un candidat peut maximiser ses chances d’être accepté dans des filières sélectives sur Parcoursup.

Avantages et inconvénients de l’apprentissage ou de l’alternance (00:04:30) Les avantages et inconvénients de postuler à des formations en apprentissage ou en alternance via la plateforme Parcoursup.

Rédaction d’une lettre de motivation convaincante (00:05:11) Conseils pour rédiger une lettre de motivation convaincante pour mettre en avant ses vœux sur Parcoursup.

Mise en avant des compétences et expériences pertinentes (00:06:14) Comment un candidat peut mettre en avant ses compétences et expériences pertinentes dans son dossier sur Parcoursup.

Préparation aux entretiens avec les établissements (00:07:22) Conseils pour se préparer aux entretiens éventuels avec les établissements après avoir déposé ses vœux sur Parcoursup.

______________________

ABONNEZ-VOUS + laissez un avis et 5 étoiles sur Apple Podcasts ou Spotify

Mark & Ting (https://www.mark-et-ting.com) est proposé par des étudiant.e.s et enseignant.e.s de Tech de Co Périgueux (https://www.techdeco-perigueux.fr) – IUT de Bordeaux – Université de Bordeaux. C’est le rendez-vous de tous les étudiant.e.s et personnes curieux.ses du monde du marketing ! 

#recrutement, #Parcoursup, #formation, #candidature, #lettredemotivation, #entretien, #TechdePérigueux, #sélection, #apprentissage,#programmealterné, #conseils, #candidats, #processusderecrutement

235 – Interview de Caroline Pradeau, responsable stratégie et développement catégorie Savencia

0

Dans cet épisode du podcast “Mark & Ting”, Caroline Pradeau de Savencia, partage son parcours atypique dans le commerce et le marketing, débutant par des études en ingénierie biologique avant de s’orienter vers la gestion de produits. Elle évoque son évolution au sein de Savencia, passant de gestionnaire de terrain à responsable de la stratégie et du développement international, en particulier dans la catégorie du snacking. Caroline raconte le lancement réussi d’un produit au Japon et souligne l’importance de s’adapter aux préférences locales lors de l’introduction de nouveaux produits sur les marchés internationaux. Elle discute également des défis et des opportunités du travail à l’international, insistant sur la planification stratégique et la recherche de marché. Enfin, elle exprime sa gratitude pour les opportunités d’apprentissage et de croissance offertes par ses collègues et son environnement professionnel.

Savencia est un groupe international agroalimentaire (d’origine française fondé par Jean-Noël Bongrain). Vous connaissez forcément ses fromages : St Môret, Tartare, Caprice des Dieux et bien d’autres mais aussi ses chocolats : Révillon, Valrhona, Villars, etc. , ses produits de la terre et de la mer : Bordeau Chesnel, Coraya etc. !!

Un grand merci à Caroline Pradeau pour ce super moment !! Une interview très intéressante et des anecdotes passionnantes ! 

Une interview réalisée par Enora Cassou et Lou Derensy.

👉 Voici les liens pour écouter l’épisode : https://smartlink.metricool.com/public/smartlink/mark-et-ting

ou https://www.mark-et-ting.com/podcast-marketing/

Bonne écoute sur Mark&Ting ! 

Le parcours de Caroline Pradeau (00:00:37) 

Les différentes fonctions occupées par Caroline Pradeau chez Fro’Marsac (00:02:00)

Lancement d’un produit “successfull” au Japon (00:08:01)

Les défis de travailler dans le marché international (00:10:32) 

La journée type de Caroline Pradeau (00:15:10)

Collaboration avec les différents services de l’entreprise (00:16:39)

Le plaisir de voir grandir les équipes (00:17:36) 

Collaboration avec le service marketing (00:18:33) 

Travailler avec les équipes marketing internationales (00:18:53) 

Coopération et coordination avec les marchés (00:20:08) 

Accepter l’échec et apprendre (00:21:47) 

Inspiration dans les magasins et le partage avec les collègues (00:22:08) 

______________________

ABONNEZ-VOUS + laissez un avis et 5 étoiles sur Apple Podcasts ou Spotify

Mark & Ting (https://www.mark-et-ting.com) est proposé par des étudiant.e.s et enseignant.e.s de Tech de Co Périgueux (https://www.techdeco-perigueux.fr) – IUT de Bordeaux – Université de Bordeaux. C’est le rendez-vous de tous les étudiant.e.s et personnes curieux.ses du monde du marketing ! 

226 – Interview de Ludivine Viale, Responsable Marketing – Communication – Innovations servicielles dont le HAMMEL GO / Groupe AYOR

0

Ludivine Viale du groupe Ayor présente ” Hammel Go “, un concept de magasin autonome. Elle détaille le processus de création, les technologies impliquées, et la cible principale. Le projet, né post-confinement, vise à faciliter l’approvisionnement 24/7 des professionnels dans les grandes villes, tout en répondant à des enjeux environnementaux. Elle aborde également l’histoire et les valeurs d’innovation du groupe Ayor, ainsi que les perspectives d’avenir, notamment l’ouverture d’un centre logistique robotisé. Ludivine conseille aux étudiants d’être entreprenants et à l’écoute des besoins clients pour réussir dans le marketing.

Un énorme merci à Ludivine Viale pour ce formidable moment passé avec elle et la découverte de ce superbe concept ! A voir sur : https://www.robinetterie-hammel.fr/hammelgo.html

Le concept de magasin autonome “Hammel Go” (00:00:38) Origine, objectifs, technologies utilisées, et cible visée pour le magasin autonome “Hammel Go”.

Technologies utilisées (00:02:07) Comparaison des technologies utilisées avec d’autres concepts de magasins autonomes et explication des choix technologiques.

Durée de développement du concept (00:04:37) Le processus de création du concept et le temps nécessaire pour sa mise en place.

Cible et besoin émergent (00:05:45) La cible principale, les artisans plombiers, et l’origine du concept basée sur un besoin émergent.

Avantages pour les professionnels (00:10:37) Les avantages du magasin autonome par rapport aux entreprises physiques pour les professionnels.

Communication autour du concept (00:12:08) Les différentes stratégies de communication utilisées pour promouvoir le nouveau concept.

Difficultés rencontrées (00:13:32) Les difficultés et aléas rencontrés lors du développement du concept.

Présentation du groupe Hammel (00:14:22) Historique et évolution du groupe Hammel, depuis sa création jusqu’à aujourd’hui.

Le groupe Ayor (00:16:01) Le développement, l’innovation et l’expansion du groupe Ayor dans le secteur de la plomberie.

Les valeurs de l’entreprise (00:18:14) Les valeurs fondamentales de l’entreprise, telles que la bienveillance, le dépassement de soi et l’innovation.

Modernisation et expansion (00:18:59) Les projets actuels de modernisation de l’usine et la création d’un centre logistique équipé de technologies avancées.

Famille de produits (00:20:17) Présentation des différentes catégories de produits techniques liés à la gestion de l’eau dans l’habitat.

Tourné vers l’innovation (00:21:39) Les motivations et la culture d’innovation de l’entreprise, ainsi que le soutien de la direction pour encourager l’innovation.

Le concept Hammel Go (00:22:32) L’origine et la signification du nom du concept “Hammel Go” et sa relation avec l’entreprise.

Conseils aux étudiants (00:23:23) Les conseils pour les jeunes souhaitant travailler dans le domaine du marketing ou de l’entrepreneuriat.

Sources d’inspiration (00:24:15) Les recommandations concernant les sources d’inspiration et l’importance de rester en phase avec la réalité des clients.

Message aux jeunes étudiants (00:25:05) 

______________________

ABONNEZ-VOUS + laissez un avis et 5 étoiles sur Apple Podcasts ou Spotify

Mark & Ting est proposé par des étudiant.e.s et enseignant.e.s de Tech de Co Périgueux – IUT de Bordeaux – Université de Bordeaux. C’est le rendez-vous de tous les étudiant.e.s et personnes curieux.ses du monde du marketing ! 

217 – Interview de Roland Pirmez, président Afrique et Europe de l’Est de la marque Heineken

0

On se retrouve aujourd’hui pour l’interview de Roland Pirmez, président Afrique et Europe de l’Est de la marque Heineken, marque mondialement connue dans le monde de la bière, mais surtout historique !

Il nous explique la place que prend la marque chez les consommateurs, de ses engagements, de leur participation au sponsoring d’évènements, mais surtout une multitude de conseils qui méritent d’être écoutés ! 

Cet épisode à été réalisé par : Chloé Morabito, Samuel Toumanion et Lilou Rodriguez

Voici le lien pour écouter l’épisode : https://smartlink.metricool.com/public/smartlink/mark-et-ting

Bonne écoute sur Mark&Ting ! 

Présentation de la marque Heineken (00:00:26) 

Facteurs clés de succès de Heineken (00:03:29) 

Packaging d’Heineken (00:04:43) 

Stratégie médiatique de Heineken (00:06:24)

Composition de la clientèle de Heineken (00:08:13) 

Engagements sociaux et environnementaux de Heineken (00:08:54) 

Gestion de la concurrence par Heineken (00:12:18)

Impact de la crise économique sur Heineken (00:12:57) 

Saisonnalité et événements pour Heineken (00:14:14)

Lancement de Heineken Silver sur le marché du métal (00:15:59) 

Positionnement de la marque Heineken par rapport à d’autres marques du groupe (00:17:22)

Expansion mondiale de Heineken (00:18:45) Raisons et stratégies d’expansion de Heineken en Afrique et en Europe de l’Est.

Communication événementielle et sponsoring par Heineken (00:20:24) 

Le parcours professionnel de Roland Pirmez au sein d’Heineken (00:23:56)

La vision du marketing et de l’éthique (00:29:39) 

Le rôle des jeunes talents dans l’entreprise (00:33:05) 

Conseils pour les étudiants et jeunes professionnels (00:34:24)

Message de conclusion (00:35:33) 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé

______________________

ABONNEZ-VOUS + laissez un avis et 5 étoiles sur Apple Podcasts ou Spotify

Mark & Ting est proposé par des étudiant.e.s et enseignant.e.s de Tech de Co Périgueux – IUT de Bordeaux – Université de Bordeaux. C’est le rendez-vous de tous les étudiant.e.s et personnes curieux.ses du monde du marketing ! 

194 – Interview inédite de Luc BLANCHET, président de Botanic !

0

Découvrez l’interview inédite de Luc Blanchet, président de Botanic : une enseigne aux valeurs familiales, locales et environnementales fortes fondée au pied du Mont Salève en Haute-Savoie.

Quels sont les avantages d’une société à missions ? Comment réussir à épanouir ses équipes à l’aide d’une démarche RSE ? Quelles sont les missions et les qualités d’un président d’entreprise ? Et bien d’autres points abordés…

Merci à Luc Blanchet pour cet entretien privilégié et ces échanges complets.

Une interview réalisée par Léo Forestier au sein même du siège social de Botanic à Archamps.

Pour écouter cet épisode et nous suivre sur les réseaux : https://smartlink.metricool.com/public/smartlink/mark-et-ting

______________________

ABONNEZ-VOUS + laissez un avis et 5 étoiles sur Apple Podcasts ou Spotify 

Mark & Ting est proposé par des étudiant.e.s et enseignant.e.s de Tech de Co Périgueux – IUT de Bordeaux – Université de Bordeaux. C’est le rendez-vous de tous les étudiant.e.s et personnes curieux.ses du monde du marketing !

185 – Interview de Cécile Maestri, manager RSE de la filiale Fro’

0


Découvrez notre nouvelle série de podcast  « NOS MÉTIERS – FROMARSAC » et différents métiers d’une grande entreprise.

L’interview de Cécile Maestri, manager RSE de la filiale Fro’ !! 

C’est l’occasion pour elle de revenir sur son parcours au sein du groupe, son métier actuel et ses missions à Fro’ !

Fro’ appartient à Savencia, qui est un groupe international agroalimentaire (d’origine française fondé par Jean-Noël Bongrain). Vous connaissez forcément ses fromages : St Môret, Tartare, Caprice des Dieux et bien d’autres mais aussi ses chocolats : Révillon, Valrhona, Villars, etc. , ses produits de la terre et de la mer : Bordeau Chesnel, Coraya etc. !!

Un grand merci à Cécile Maestri pour ce super échange !! Une interview très intéressante et un excellent moment ! 

Une interview réalisée par Mamadi Lantiez et Enora Cassou.

Pour écouter notre épisode et nous suivre sur les réseaux : https://smartlink.metricool.com/public/smartlink/mark-et-ting

______________________

ABONNEZ-VOUS + laissez un avis et 5 étoiles sur Apple Podcasts ou Spotify 

Mark & Ting est proposé par des étudiant.e.s et enseignant.e.s de Tech de Co Périgueux – IUT de Bordeaux – Université de Bordeaux. C’est le rendez-vous quotidien de tous les étudiant.e.s et personnes curieux.ses du monde du marketing !

#podcast #marketing #fromarsac #savencia #RSE