Entre 2019 et 2020, les ventes sur mobile n’ont fait qu’augmenter. Les réseaux sociaux en ont profité pour se transformer en plateforme de vente. Cette tendance permet de valoriser la marque et d’avoir une meilleure expérience client mais celle-ci présente aussi des limites.

Social shopping, une nouvelle manière de “fluidifier” l’expérience d’achat des utilisateurs

Pouvoir vendre via un réseau social sans que l’utilisateur n’ait à quitter la plateforme, c’est désormais possible ! Grâce à des publications ou pubs sponsorisées dans le fil d’actualité de l’utilisateur, les réseaux sociaux intègrent progressivement le bouton “acheter” ainsi que des dispositifs plus complexes afin de faciliter l’acte d’achat.

Nouvelle tendance depuis peu et accentuée suite au confinement, le Social shopping se développe de plus en plus chaque jour. Parmi les “rois” du social shopping actuellement, Instagram a su adhérer à cette nouvelle tendance en proposant des publications sponsorisées qui redirigent vers les sites concernés ou en laissant la possibilité aux utilisateurs de mettre le lien d’un produit directement sur la publication pour que les internautes puissent accéder au site marchand en un clic sans faire de recherches de leur côté. Et puis, il y a Facebook, après sa Marketplace, Facebook prend de nouveau l’assaut sur le secteur de l’E-commerce avec Facebook Shops qui permet aux petits commerçants d’intégrer à leur page une boutique personnalisable, tout en leur apportant de la fiabilité, de la crédibilité et surtout un gage de qualité vis-à-vis des internautes.

Une aubaine pour les entreprises

Cette tendance est un canal de vente et de marketing immanquable. Elle touche des milliers d’utilisateurs facilement et est un atout important pour les entreprises qui rassemblent un grand nombre de followers souhaitant avoir plus d’interactions. De plus, les marques y gagnent beaucoup car les consommateurs qui sont les plus connectés deviennent les clients les plus précieux et montent en degrés d’importance. L’objectif pour les entreprises est de faire de leur client des ambassadeurs de leur marque.
Les réseaux sociaux ont compris ce véritable avantage et ont mis en place un parcours d’achat fluide et simplifié pour les consommateurs. 

L’exclusivité des réseaux sociaux, un pari risqué

Vendre uniquement sur les réseaux sociaux implique également des risques, notamment de perdre leur relation client, leur identité et leur indépendance au profit des plateformes qui sont bien installées dans l’esprit des consommateurs. 

Les marques sont soumises aux règles imposées par les réseaux sociaux comme les algorithmes, les designs imposés ou encore les commissions sur les ventes. Il y a donc un problème au niveau de la marge de manoeuvre et de la personnalisation pour l’entreprise qui utilise le social shopping. Et puis, un des autres problèmes est qu’une marche arrière vers d’autres canaux de vente est complexe et coûte de l’argent. 
Il existe donc des solutions pour ne pas perdre son identité et sa proximité avec les followers, cette solution : c’est l’omnicanalité.

À l’heure où l’on parle de l’omnicanal, les médias sociaux jouent un rôle déterminant dans la prise de décision et dans l’acte d’achat.

L’omnicanalité permet à l’entreprise de toucher plusieurs cibles mais aussi de garder une indépendance de son site où elle-seule en est maître tandis que le social shopping est réglementé par la plateforme utilisée. De plus, son identité pourra être modulée selon le canal pour s’adapter aux consommateurs ou au segment voulu. Le confinement a été révélateur de la force réelle qu’a l’omnicanalité dans la stratégie de distribution des marques. En effet, l’omnicanalité a sauvé bon nombre d’entreprises durant cette crise car le fait d’être présent sur plusieurs canaux a permis de faire face à la fermeture obligatoire des magasins et autres restrictions liées au Covid-19. C’est donc un facteur de succès et de pérennité.

La dimension sociale du commerce n’est pas réservée qu’aux réseaux sociaux. Les géants du commerce l’ont compris : créer et entretenir un lien social est nécessaire et est un objectif pour l’ensemble des entreprises, des plus petites aux plus grandes pour se pérenniser et fidéliser. Enfin, l’expérience par les plateformes sociales mêlées à l’expérience en magasin permettent de dynamiser le parcours client et d’augmenter son attractivité avec les technologies instore (comme les cabines d’essayages avec Printemps Haussmann, les étiquettes connectées, l’essayage de lunettes en Réalité Augmentée chez RayBan, l’essayage de cosmétiques chez Sephora ou encore les miroirs virtuels à Réalité Augmentée chez Zara), ce qui est une réelle plue-value.

Claire BORDIN, Hugo HERNANDEZ, Anaïs LORENT, Alissa AMOUCHE