Au milieu du 19ème siècle, entre les progrès techniques de la lithographie, l’émergence de marques et les besoins de communication, ont émergés les ” chromos “. Il s’agit de réclames publicitaires visant à faire la promotion d’une enseigne ou de produits dont le chocolat (on y reviendra dans un prochain article).

Encore une innovation attribuée au génie commercial qu’est Aristide Boucicaut (et/ou sa femme Marguerite). L’idée de base est la suivante : afin de fidéliser la clientèle principalement féminine (Zola a transposé le grand magasin ” Au bon marché ” en ” Au bonheur des dames “), il est intéressant de conquérir le coeur de leurs enfants. Ainsi, ils ont développé des publicités avec des images à collectionner chaque jeudi ! Source : http://www.cartolino.com/

Il convient de noter plusieurs idées ” marketing ” pour cette première forme de prospectus publicitaire :

  • notion de cible indirecte : on vise les enfants pour attirer leur mère
  • notion de fidélisation : inciter à faire revenir régulièrement (chaque semaine) pour des achats non alimentaires
  • diffusion massive de publicités : Au Bon Marché aurait diffusé plus de 50 millions de chromos

Voici quelques exemples de chromos datés de fin 19ème – début 20ème siècle et tous issus du grand magasin Au bon marché. Nous reviendrons ultérieurement sur ce sujet afin d’analyser certains d’entre eux avec notamment l’usage du verso.